Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 16:15
Dialogue social: ma 2nde intervention en commission des Affaires sociales (06/05/15)

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 15:23
Dialogue social: ma 1ère intervention en Commission des Affaires sociales (6 mai 2015)

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 15:30
Mon intervention dans le cadre de l'audition de Mme Patricia Ferrand, Présidente de l'UNEDIC

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 10:02
Mon intervention sur la protection de l'enfant (Commission des Affaires sociales du 14 avril 2015)

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 22:47
Carla Lambour, maire de Neufchef, a officiellement coupé, hier, le ruban inaugurant la micro-crèche communautaire La Souris verte.photo RL

Carla Lambour, maire de Neufchef, a officiellement coupé, hier, le ruban inaugurant la micro-crèche communautaire La Souris verte.photo RL

Nous sommes là pour inaugurer une microcrèche, mais nous aurions aimé aussi un microclimat » plaisante Michel Liebgott. Le président de la Communauté d’agglomération du Val de Fensch et le maire de Neufchef, Carla Lambour, ont coupé officiellement, hier matin sous le crachin, le ruban tricolore devant La Souris verte. Portée par le Val de Fensch, cette structure petite enfance a ouvert ses portes en février. D’une surface de 140 m², la microcrèche comprend divers types d’aménagements spécialement adaptés aux tout-petits : salle de vie commune, dortoirs, espace d’hygiène, potager, aires de jeux sécurisés. Si la capacité d’accueil est de dix enfants, le schéma de la construction offre néanmoins la possibilité d’un futur agrandissement de l’espace, permettant de doubler le nombre de petits accueillis. Actuellement, dix places sont occupées par seize enfants, habitant les communes de Neufchef et Ranguevaux.

« Le délégataire de cette nouvelle structure publique est le même que pour le multi-accueil communautaire Les Petits Patapons à Nilvange, à savoir Léo-Lagrange » , explique Carla Lambour. « Le projet de microcrèche a été financé par la Communauté d’agglomération du Val de Fensch (59,1 %), la CAF de la Moselle (22,7 %), la Région Lorraine (13,6 %) et par la Mutuelle sociale agricole (4,6 %) pour un montant total des travaux de 440 415 € HT » , détaille Michel Liebgott.

La Souris verte s’inscrit dans la préservation de l’environnement, avec l’utilisation d’une pompe à chaleur et d’un système de récupération d’eau de pluie pour le potager, l’un des projets pédagogiques de la structure. Et comme pour les Petits Patapons , la micro-crèche de Neufchef utilise au quotidien le système des couches lavables.

Les élus et les partenaires, dont Thierry Prost, le directeur adjoint de la CAF de la Moselle, ont visité les locaux par petits groupes. Surchaussures bleues de rigueur aux pieds, d’aucuns ont souligné « le côté familial, très cocooning » de la structure. « Nous en sommes très fiers » , a conclu Carla Lambour, par ailleurs vice-présidente chargée de la petite enfance à la CAVF.

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 22:20
Le comité de suivi sur la piste des nouveaux investissements

Le comité de suivi sur la piste des nouveaux investissements

168 des 180M€ promis en 2012 lors de l’accord Ayrault-Mittal sont assurés, selon ArcelorMittal. Un chiffre confirmé lors de la dixième réunion du comité de suivi réuni vendredi matin aux grands bureaux à Florange.

FO rejoint le comité

Socialement, le compte y est presque après le choc initial de la suppression des 629 emplois de la filière chaude : seuls 10 à 15 cas bloqueraient encore, selon les syndicats. « Il nous faut du temps pour avancer sereinement », estime François Pagano (CFE-CGC), alors que d’importants plans de formation sont en cours.

Sa présence a surpris tout le monde: il y avait avant-hier un représentant du syndicat Force ouvrière autour de la table, après deux ans et demi de politique de la chaise vide (comme la CGT, toujours rétive). « On n’a pas voulu participer parce qu’on était contre [la suppression des hauts fourneaux]. Maintenant, projet industriel et dynamique sur le site sont bons », juge Frédéric Weber.

Après 30 embauches en CDI fin 2014, l’emploi reprend des couleurs avec 35 autres postes durables dont l’ouverture est imminente dans un contexte économique plus favorable. « Mais nous avons des difficultés à recruter. L’image de Florange doit s’améliorer après des années de dépréciation », affirme Serge Fuss (CFDT). « Quand on m’interroge, je ne cesse de rappeler que Florange, c’est 2 000 emplois dans une filière performante », tranche François Marzorati. Alors que les deux hauts fourneaux florangeois sont toujours sous cocon, mais se dégradent, le projet LIS (successeur d’Ulcos, récupération du CO2) se précise, avec un préfigurateur qui devrait être opérationnel dès cet été… à Dunkerque !

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 19:25
Les services du Val de Fensch devraient s’installer dans le nouvel hôtel de communauté, construit rue de Wendel à Hayange dès la fin du mois. Photo RL

Les services du Val de Fensch devraient s’installer dans le nouvel hôtel de communauté, construit rue de Wendel à Hayange dès la fin du mois. Photo RL

Les débats du dernier conseil communautaire du Val de Fensch n’ont fait qu’effleurer la question délicate des futurs transferts de compétences. Le budget 2015 a ainsi été adopté dans un très large consensus.

Impôts locaux et dotations d’État. Les deux sujets ont, un peu, animé le débat du conseil communautaire du Val de Fensch jeudi soir. Mais le budget 2015 de la communauté d’agglomération – 46,2 M€ pour le fonctionnement et 36 M€ pour l’investissement – a été adopté sans grandes discussions.

Taxes locales

« Nous sommes dans une situation budgétaire satisfaisante qui nous permet de ne pas augmenter le taux des taxes, et nous tiendrons jusqu’en 2017, mais cette situation favorable ne sera pas forcément amenée à durer , explique Michel Liebgott. Le président s’inquiète de la hausse des taxes locales dans plusieurs communes. « Le couple commune-intercommunalité devra fonctionner intelligemment pour ne pas agir sur le levier fiscal », insiste-t-il dans un plaidoyer visant surtout à l’élargissement des compétences du Val de Fensch , seul moyen d’accroître les dotations d’État. « Nous aurons à débattre rapidement des transferts de compétences nécessaires ». Mais, s’il s’annonce d’ores et déjà discuté, le débat du transfert de compétences n’était pas encore à l’ordre du jour. Les élus sont donc rapidement passés au vote du budget. Michel Liebgott listant simplement les grands projets à venir.

Développement économique

Au titre du développement économique, la communauté d’agglomération va investir pour la requalification de la bretelle d’accès à la zone Sainte-Agathe (317 000 €) ainsi que pour l’aménagement de la zone du Breuil et des friches industrielles de la gare de Florange, même si ce débat reste ouvert. Michel Liebgott a aussi évoqué les 1,9 M€ avancés pour le projet Métafensch , le centre de recherche publique promis par François Hollande à Uckange.

Environnement

Un gros dossier pour le Val de Fensch : la mise en œuvre d’une redevance incitative pour les ordures ménagères. Au vu de la complexité technique, en particulier pour l’habitat social collectif, le calendrier a été revu. La redevance sera effective au 1er janvier 2018.

Le Val de Fensch investira encore pour la mise en place de conteneurs enterrés (795 000 €), l’extension de la déchetterie de Florange (300 000 €) et la poursuite de la boucle cyclable entre Fameck et Uckange (727 000 €).

Hôtel de communauté

Les services du Val de Fensch devraient s’installer dans le nouvel hôtel de communauté , construit rue de Wendel à Hayange dès la fin du mois. « Le budget global atteint 10 M€ HT. Je ne ferai pas d’autre commentaire », annonce Michel Liebgott. Il ne pourra s’empêcher cependant un tacle à son prédécesseur, Philippe Tarillon, glissant que les estimations initiales avaient notamment oublié la nécessité d’une salle des délibérations… Il s’est surtout félicité de l’ouverture d’une Maison de la justice et du droit au sein de ce même bâtiment. « Un choix fait sans états d’âme. Nous avions la place et c’est une manière intelligente d’ouvrir les lieux et les services de la CAVF à la population ».

Autre acquisition prévue, l’achat d’un ancien bâtiment ThyssenKrupp à Florange (pour 1,6 M€) qui permettra de regrouper tous les véhicules du pôle environnement du Val de Fensch.

Culture

922 500 € devraient être dédiés au projet Evol’U4 pour l’accessibilité du public à la halle de coulée du haut-fourneau U4 à Uckange et pour l’aménagement d’une salle d’accueil et d’exposition dans l’un des bâtiments du parc. L’ancien dispatching a été évoqué mais aucune décision n’est actée. Serge Jurczak a d’ores et déjà indiqué qu’en l’état, le projet était pour lui inacceptable.

Patrimoine cultuel

200 000 € seront dédiés à l’entretien des bâtiments cultuels église Saint-Martin de Hayange, église Saint-Joseph de Serémange-Erzange, église Sainte-Barbe d’Uckange et temple protestant de Nilvange. Ces travaux comprendront aussi un audit complet de l’église de Hayange. Une première estimation de sa remise en état dépassait les 2 M€.

Deux vice-présidents pour moins de politique

« Les projets communautaires n’ont de sens que si on peut discuter avec les maires. » Michel Liebgott assume le rétropédalage. Il y a un an, le président de la communauté d’agglomération avait – suivant la décision du PS majoritaire – engagé le Val de Fensch dans un fonctionnement politique excluant de l’exécutif les élus de droite et du FN. Une logique, « mal comprise par la population », reconnaît le président et abandonnée, jeudi soir, avec la nomination de deux nouveaux vice-présidents : Michel Decker (Florange) et Philippe Greiner (Ranguevaux).

Un premier pas avait déjà été fait dès le mois de mai dernier, avec l’attribution d’une délégation aux deux maires du groupe Entente démocratique.

Suite à la démission de Philippe Tarillon de son poste de vice-président, les élus communautaires ont décidé de porter le nombre de vice-présidence de onze à douze et d’intégrer ainsi totalement Michel Decker et Philippe Greiner à l’exécutif. Un changement sans conséquence sur les indemnités versées. « Mais important sur la forme », a notamment souligné Serge Jurczak (Serémange- Erzange).

Une nouvelle logique qui remet les maires au cœur du fonctionnement de l’interco. Sans ouvrir pour autant le bureau à toutes les oppositions municipales, ce qui reste « inacceptable » pour Rachid Chebbah (Uckange). « Je n’ai pas voulu d’armée mexicaine , explique Michel Liebgott, il ne faut pas que nous transposions au bureau communautaire les débats municipaux… ».

Bureau ouvert au FN

La majorité n’a pas souhaité non plus offrir une vice-présidence aux élus FN. « Je m’interroge sur la place donnée à Ranguevaux alors que la ville de Hayange est encore une fois mise de côté parce que Front national », a dénoncé Fabien Engelmann. « Vous dites que vous êtes mis à l’écart mais cela vous arrange bien quand vous dénoncez de la même manière l’UMP et le PS, rétorque Michel Liebgott. Je respecte votre opposition mais nous voulons conserver notre liberté d’action. »

Le président s’est cependant félicité du retour des élus hayangeois dans les débats de la CAVF, leur ouvrant aussi une porte au sein du bureau du Val de Fensch. « C’est un lieu d’échanges et il est important que la première ville de la Vallée y soit représentée ».

Fabien Engelmenn « va y réfléchir. »

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 23:54
Fameck doit construire pour rester dynamique.

Fameck doit construire pour rester dynamique.

• Pour maintenir des impôts locaux bas : les élus n’en font pas mystère. Fameck investit dans des projets porteurs (nouveau gymnase, régie de quartier efficace, etc.) sans augmenter les impôts : plus les habitants sont nombreux, plus l’assiette de l’impôt local est grande, moins les élus augmentent les taux !

• Par souci de cohérence : « Fameck a atteint les 18 000 habitants à l’apogée de la sidérurgie , rappelle Jean-Marc Heyert, adjoint à l’urbanisme. Avec 13 000 habitants, nous avons de la marge. La ville reste sous-dimensionnée par rapport à son réseau routier et à sa position géographique. »

• Par contrepoids aux villes frontalières : le développement urbain se fait principalement sur l’est thionvillois aujourd’hui. Il explosera bientôt sur le Pays-Haut frontalier (Audun-le-Tiche, Villerupt, université de Belval). Paradoxalement, le siphonnage des travailleurs lorrains par le Luxembourg stagne (+1,1% en 2013), mais les 75 400 frontaliers sont bien implantés. Le haut de la Fensch ne peut pas rester les bras croisés, si proche de Metz métropole de l’autre côté. « La concurrence entre territoires est rude », lâche un observateur. D’autant que ce n’est pas Hayange et le fond de la vallée qui peuvent lutter. Le parc immobilier y est trop vieillissant, la "belle pierre" trop dure à isoler, malgré des offres imbattables (-30 % et plus par rapport à l’immobilier thionvillois).

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 23:27
Le clos du Moulin (85 logements) va émerger rapidement, à côté de l’Intermarché. Un exemple d’urbanisme responsable, recentré sur la ville, sans étalement urbain. (RL)

Le clos du Moulin (85 logements) va émerger rapidement, à côté de l’Intermarché. Un exemple d’urbanisme responsable, recentré sur la ville, sans étalement urbain. (RL)

Fameck poursuit sa métamorphose. Développée dans les années 60, la cité change plus facilement que les bastions historiques de la sidérurgie. Les enjeux sont nombreux : environnement, impôt, cohérence urbaine, dynamisme. Coincée entre les terres frontalières et la métropole de Metz, Fameck garde un atout phare : des dents creuses et du terrain. La ville avait carrément gagné un quartier en 2009, le Domaine de la forêt, équivalent à plus de 10 % de sa surface totale. La population se maintient durablement au-dessus de 13 000 habitants. Et ce n’est pas fini !

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 23:17
La ville de Fameck continue de changer. Rapidement (photo RL)

La ville de Fameck continue de changer. Rapidement (photo RL)

Développée dans les années 60, Fameck continue d’évoluer à un rythme élevé grâce à des atouts importants : ses « dents creuses » et ses emprises foncières. En 2009, un quartier entier, le Domaine de la forêt, était né, équivalent à plus de 10 % de sa surface totale. Depuis, la population se maintient au-dessus de 13 000 habitants. Et ce n’est pas fini !

Partager cet article

Published by Michel Liebgott
commenter cet article

Présentation

  • : Michel Liebgott, Un député à votre écoute !
  • Michel Liebgott, Un député à votre écoute !
  • : Le blog de Michel LIEBGOTT, député socialiste de la Moselle
  • Contact

Profil

  • Michel Liebgott
  • Député de Moselle
Maire de Fameck
  • Député de Moselle Maire de Fameck

Messages

 

Permanence Parlementaire
Michel LIEBGOTT
    2 rue Diderot

BP 70035
57293 FAMECK CEDEX


Tel: 03 82 84 06 06
Fax: 03 82 84 66 88
Email:
michel.liebgott@wanadoo.fr

Recherche

Actualité

Articles Récents