19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 15:26

Monsieur le Secrétaire d’Etat,

 

Par la présente, je souhaite attirer votre attention sur deux dossiers extrêmement importants pour l’industrie lorraine, si durement éprouvée actuellement par la crise. Il s’agit en l’espèce du projet de réalisation d’une plateforme logistique industrielle trimodale sur le site portuaire de Thionville-Illange-Uckange (Europort Lorraine) et du projet ULCOS visant au captage-stockage du CO² des hauts-fourneaux dont le site de Florange a été retenu comme site pilote. Le Président de la République lors de son allocution télévisée de février dernier a  évoqué ce projet ULCOS, affirmant son soutien à celui-ci et y voyant une compensation à la fermeture du site de Gandrange. Il est d’ailleurs également fait état de ce projet dans la convention d’ancrage territorial que vous avez signé en Préfecture de Moselle, juste avant l’intervention sus évoquée du Président. 

Ces deux projets peuvent paraître éloignés. Ils sont pourtant fortement imbriqués pour au moins deux raisons.
- La première réside dans le fait que la société ArcelorMittal est très directement impliquée dans l’un comme dans l’autre. La filiale d’ArcelorMittal GEPOR gère actuellement le port privé de Thionville-Illange-Uckange, lequel constitue le point d’approvisionnement de la filière chaude et froide et de transfert d’une partie des produits finis du leader mondial de l’acier. Toute amélioration du site portuaire, en terme d’infrastructure technique ou d’accessibilité, permettrait donc de renforcer la compétitivité de l’ensemble du site sidérurgique intégré de Florange, employant encore directement plus de 2200 personnes et quasiment autant dans la sous-traitance particulièrement touchée par la crise actuellement.
- La seconde tient au fait que les deux projets sont susceptibles de générer des emplois nouveaux dans l’ensemble du panel des fonctions liés à l’industrie dans le nord Lorrain, qu’il s’agisse de la logistique, de la transformation de produits, de l’assemblage, mais aussi avec ULCOS dans la recherche et le développement dans le domaine des industries propres.

Dans le détail concernant le projet ULCOS, consortium de 48 entreprises et organisations issues de 15 pays européens visant à réduire les émissions de CO² liés à la production d’acier soutenu par la Commission Européenne, je veux vous faire part des inquiétudes, tant des élus, des organisations syndicales que des responsables industriels locaux  alors que les 2 hauts-fourneaux de Hayange sont à l’arrêt depuis la fin de l’année 2008 et qu’aucune date de reprise n’a été donnée à ce jour.

En effet, après la phase d’essai et de tests réalisés depuis 2007 en Suède et celle de développement et de mise au point prévue sur le site ArcelorMittal de Eisenhüttenstadt en Allemagne (2010-2014), c’est à Hayange que débutera la mise en œuvre de la partie industrielle de ce procédé. Le processus de validation de cette technologie très innovante s’inscrit donc dans un temps long et nécessite également des investissements financiers considérables, notamment des Etats européens directement concernés.

Pour l’avenir de l’ensemble de la filière sidérurgique lorraine, ce projet ULCOS est d’une importance capitale. Sa mise en œuvre nécessite des investissements techniques sur les hauts-fourneaux qu’ArcelorMittal devra réaliser préalablement pour un montant estimé à 300 millions d’euros. Or, si le principe semble acté, opérationnellement, sur le terrain, rien n’est engagé et aucune information n’est donnée quant à la poursuite de ce processus.

Je crois donc urgent que le Gouvernement obtienne des garanties de la part d’ArcelorMittal pour que sa stratégie à propos d’ULCOS se poursuive selon les modalités prévues dans la convention d’ancrage territoriale et qu’il n’y ait pas d’inflexion une fois encore justifiée par la crise.

A propos du projet Europort Lorraine à présent, je veux rappeler que la réalisation d’une telle plateforme logistique s’inscrit doublement dans les orientations retenues par l’Etat français en matière de développement de fret fluvial et dans le cadre des mesures de développement durable du Grenelle de l’Environnement qui donne la priorité aux transports alternatifs à la route.

 

Ce projet porté par les Communautés d’Agglomérations du Val de Fensch et de Portes de France Thionville pourrait constituer à terme une base amont pour le port d’Anvers en Belgique, actuellement totalement saturé.

 

Une rencontre récente entre les présidents de ces deux intercommunalités, les représentants de GEPOR et la direction du port d’Anvers a d’ailleurs permis de montrer les intérêts mutuels de ces deux structures sachant que la réalisation d’Europort Lorraine permettrait de lever le problème de l’absence de plateforme à conteneurs en Lorraine.

Comme l’ont relevé les responsables du port d’Anvers, l’environnement autour du port actuel, par lequel transitent déjà 50% des tonnages transportés sur la Moselle, est particulièrement propice à la réalisation d’une telle structure. En effet, les réserves foncières autour de la zone portuaire sont à la fois importantes et rapidement disponibles pour être aménagées.
ArcelorMittal Real Estate a confirmé son intérêt pour ce projet et mettrait à disposition près de 85 ha dans l’opération que pourrait porter une Société d’Economie Mixte dont les contours sont encore à définir. Il faut y ajouter la proximité de plusieurs zones d’activités, en particulier la Mégazone départementale d’Illange et celles intercommunales de la Feltière et de Sainte-Agathe.

 

Les atouts d’Europort Lorraine ne manquent pas : un tirant d’eau de  3 mètres, un tirant d’air sous le pont de l’A31 à Thionville dépassant les 6 mètres garanti 300 jours par an, un quai existant de 280 mètres de long avec une darse opérationnelle, un quai de 400 mètres (SOPCILLANGE) actuellement inutilisé dans le port privé qui pourrait être rapidement affecté à la manutention des conteneurs, des accès routiers existants à renforcer en lien avec le Conseil Général de Moselle et enfin la possibilité d’une interconnexion des réseaux ferroviaires.

 

Bref, vous l’aurez compris, il s’agit d’un projet unanimement soutenu par les acteurs socio-économiques et politiques nord lorrains car il constitue un élément structurant pour la relance industrielle de la Lorraine. L’objectif recherché par les deux Communautés d’Agglomération du Val de Fensch et de Portes de France Thionville, représentant près de 150.000 habitants, est de renforcer son attractivité pour les entreprises utilisatrices de la voie d’eau et de générer autour des activités nouvelles, créatrices de valeur ajoutée.

 

Aussi et compte tenu de l’ampleur et des impacts attendus de ces deux projets, je crois nécessaire que l’Etat français y affirme son plein et entier soutien. Ses appuis technique, juridique et financier me semblent primordiaux et doivent permettre de donner au plus vite corps tant au projet Europort Lorraine qu’à ULCOS.

 

A cette fin, je vous sollicite pour un entretien afin d’évoquer ensemble toutes les dimensions de ces deux projets qui dépassent le seul cadre local et national, et qui méritent en conséquence une adhésion la plus large possible. 

 

Dans l’attente de votre réponse,

 

Je vous prie de croire, Monsieur le Secrétaire d’Etat, en l’expression de ma très haute considération.

Partager cet article

Published by Michel Liebgott - dans Thionville Ouest
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Michel Liebgott, Un député à votre écoute !
  • Michel Liebgott, Un député à votre écoute !
  • : Le blog de Michel LIEBGOTT, député socialiste de la Moselle
  • Contact

Profil

  • Michel Liebgott
  • Député de Moselle
Maire de Fameck
  • Député de Moselle Maire de Fameck

Messages

 

Permanence Parlementaire
Michel LIEBGOTT
    2 rue Diderot

BP 70035
57293 FAMECK CEDEX


Tel: 03 82 84 06 06
Fax: 03 82 84 66 88
Email:
michel.liebgott@wanadoo.fr

Recherche

Actualité

Articles Récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog