stele-gandrange.pngLa stèle commémorant les promesses non tenues de Nicolas Sarkozy qui trônait au pied de l’aciérie de Gandrange a été volée lundi soir. La CFDT choquée, réagit en publiant une lettre ouverte aux voleurs.

Florange. Un symbole. Celui des promesses non tenues par Nicolas Sarkozy, enterrées au pied de l’usine ArcelorMittal de Gandrange.

Celui désormais de l’histoire de l’industrie Lorraine, que cristallise la Moselle de l’acier, où les candidats en campagne se pressent tour à tour à quelque mois des élections.

Le morceau de marbre posé le 4 février 2009 par les syndicalistes de Gandrange a été volé dans la nuit du lundi à mardi. « Le vol n’a été découvert que mardi soir », explique Frédéric Weber de la CFDT de Florange. « Nous sommes choqués par l’acte en lui-même. Une plainte sera probablement déposée par la CFDT et nous mettons tout en œuvre pour remplacer la stèle le plus rapidement possible ».

« Le caillou dans la chaussure de Sarkozy »

« Choquée » aussi Aurélie Filippetti, députée de la Moselle et membre de l’équipe de campagne du candidat du PS à la présidentielle François Hollande, lequel se rendra à Gandrange mardi prochain et devait s’incliner sur la stèle en question.

« À qui profite le crime ? » interrogent les syndicalistes dans une lettre ouverte aux voleurs publiée sur le blog de la CFDT Gandrange. « Comme ce mastodonte d’acier aujourd’hui vide et froid, la plaque de marbre rappelait ce passé industriel dont tous les Lorrains sont fiers. À tel point que de nombreux visiteurs, parfois illustres, sont passés par ce lieu. […] A qui donc peut profiter le « crime » ? Faute de preuves, puisque les auteurs « courageux » de la profanation ont agi en secret et sans laisser de carte de visite, la CFDT ne visera personne. N’empêche que chacun peut s’interroger sur les motivations des voleurs et se faire sa propre idée ».

« Cette plaque, c’était le caillou dans la chaussure de Sarkozy », a estimé Édouard Martin, membre CFDT d’ArcelorMittal. « Si elle a été volée, elle l’a probablement été par des gens à qui ce symbole posait des problèmes de conscience, a-t-il ajouté. À l’époque, elle nous avait coûté 700-800 euros. Nous la ferons refaire à l’identique ».

Ulcos en ligne de mire

Si Gandrange est un symbole, « il représente pour nous le passé. Aujourd’hui nous voulons nous tourner vers l’avenir et le haut-fourneau de Florange et le projet de captation de Co2 Ulcos », plaide Frédéric Weber. «Nous avons appris par un courrier de Manuel Barroso adressé au député Michel Liebgott que la commission européenne ne rendrait pas de décision sur l’implantation d’Ulcos avant le 2 esemestre 2012. C’est un signe qui ne nous rassure pas du tout. Nous voulons aller de l’avant et nous attendons de la direction générale d’ArcelorMittal des signes forts sur la réouverture du haut-fourneau de Florange, à l’arrêt depuis octobre 2011». (Est Républicain le 11/01/2012)

Retour à l'accueil

Messages

 

Permanence Parlementaire
Michel LIEBGOTT
    2 rue Diderot

BP 70035
57293 FAMECK CEDEX


Tel: 03 82 84 06 06
Fax: 03 82 84 66 88
Email:
michel.liebgott@wanadoo.fr

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

Recommander

Présentation

Archives

Concours

Profil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés