12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 08:19

 

economie.jpegMême si les analystes s'y attendaient, l'INSEE vient de confirmer ce matin que la croissance de notre Pays a été nulle au second trimestre 2011 alors qu'elle avait été de 0,9% au premier, ce qui avait d'ailleurs valu un excès d'optimisme du Gouvernement qui y voyait le signe d'une sortie définitive de la crise. Bien mal lui en a pris car c'est donc un très net ralentissement de la croissance auquel nous assistons et qui ne devrait malheureusement pas rassurer les marchés qui n'avaient pas besoin de cela et qui risquent d'y réagir très négativement au cours de cette journée.


D'autant que les hypothèses de croissance inscrites dans la loi de finances pour 2011 sont basées sur une croissance annuelle de 2%. Si ce chiffre n'est pas atteint en fin d'exercice (et c'est bien la tendance qui se dessine malheureusement), cela contribuera à accroître le déficit budgétaire de l'Etat et donc sa dette. Si l'on ajoute à cela la forte augmentation des chiffres du chômage en juin, la plus forte depuis octobre 2009 avec 33600 chômeurs de plus, on constate donc que l'on est loin d'une sortie de crise et que la suppression du plan de relance en loi de finance 2011 n'était peut être pas si opportune que le Gouvernement l'avait affirmé.


Face à cette double crise économique et des finances publiques, comme François Hollande le suggère, il me semble désormais impératif de beaucoup mieux doter le Fonds européen de stabilité financière (FESF) et, pour doper la croissance qui en a cruellement besoin, de créer une taxe sur les transactions financières mais aussi et surtout d'enjoindre l'Union Européenne de réguler l'action des agences de notation, de réglementer les bonus bancaires et l'ensemble des produits dérivés qui ont causé tant de tort à nos économies. De même c'est à la ré industrialisation de la France auquel nous devons nous attacher désormais. Car notre pays s'est massivement désindustrialisé sans mesurer les risques pour la croissance économique et l'emploi, croyant que les activités tertiaires prendraient le relais. Dans sa "stratégie de ré-industrialisation", parmi les mesures que François Hollande veut mettre en place, la création d'un "livret industrie" de type livret A dont les ressources seraient dédiées au financement des entreprises innovantes me semble être une mesure de nature à favoriser l'investissement industriel et donc la croissance à terme. D'autant que notre Pays en général et notre Région en particulier ne manquent pas de ressources humaines pour réussir sur le terrain de l'innovation industrielle ! ULCOS, le passage au 108m pour Tata Steel, le développement de Thyssen KRUPP ou encore la création d'un IRT à Metz en sont de très bons exemples...

 

Michel LIEBGOTT

Partager cet article

Published by Michel Liebgott - dans Finances publiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Michel Liebgott, Un député à votre écoute !
  • Michel Liebgott, Un député à votre écoute !
  • : Le blog de Michel LIEBGOTT, député socialiste de la Moselle
  • Contact

Profil

  • Michel Liebgott
  • Député de Moselle
Maire de Fameck
  • Député de Moselle Maire de Fameck

Messages

 

Permanence Parlementaire
Michel LIEBGOTT
    2 rue Diderot

BP 70035
57293 FAMECK CEDEX


Tel: 03 82 84 06 06
Fax: 03 82 84 66 88
Email:
michel.liebgott@wanadoo.fr

Recherche

Actualité

Articles Récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog