Vie associative

rl fête mouton hayange 11.8.13« Je prépare les gigots avec un assaisonnement classique, auquel j’ajoute ma touche personnelle. Mais je ne vous dirai pas ce que c’est », sourit le cuisinier qui surveille de près les morceaux de viande en train de rôtir. Pour la 30e édition de la fête du mouton, organisée par l’association Marspich si tu veux, 250 kg de mouton, soit 70 gigots, ont été commandés. Rien qu’hier soir, pour le lancement de la manifestation, 35 pièces ont été cuites. « Je dédie cette fête à tous les bénévoles qui nous ont aidés à la réaliser, année après année, et qui nous ont quittés », lance Maurice Haettel. Et pour ce trentième anniversaire, le président et son équipe ont voulu marquer le coup. « Cette année, la fête est un peu plus attractive. On a mis de côté un petit pécule pour que les animations soient plus étoffées. » Entendez par là le concert de la chanteuse Lââm ce soir à 18 h, précédée par trois artistes sélectionnés par la Régie lorraine de spectacle. Et hier soir, le public a apprécié les prestations de musiciens et danseuses sur le thème des années 1980. « La fête du mouton fait désormais partie du patrimoine de Hayange », souligne le maire, Philippe David. Qui en a profité pour évoquer les projets de la ville pour le quartier. « Nous allons refaire le terrain de football, et nous réfléchissons à l’aménagement de cette rue. Peut-être en sens unique. » Autant dire que dans l’assemblée, les footeux n’ont pas perdu une miette de cette annonce ! Côté festivités, elles reprennent aujourd’hui dès midi avec le repas, suivi d’un après-midi festif avec tours de magie et de chant ! Sans oublier une dernière tournée de gigots en soirée… Enfin s’il en reste !

 

de-gauche-a-droite-stefano-melis-(30-39)-jean-baptiste-schmLe challenge de Lorraine XC Ufolep (Union française des œuvres laïques d’éducation physique) peut être assimilé à la coupe de Lorraine de VTT. La deuxième manche, qui s’est déroulée à Longwy, faisait également office de championnat départemental 54 et 57. Cette compétition était composée de plusieurs courses, ouvertes aux licenciés et non-licenciés, fonctionnant sur le principe de championnat par points. Les coureurs se sont ainsi affrontés dans diverses catégories. Les coureurs du club Lor’n Bike de Fameck ont décroché quatre titres départementaux. : Jordan Baroni en catégorie cadets (15-16 ans), David Christmann chez les juniors (17-19 ans), Jean-Baptiste Schmitt (20-29 ans) et Stefano Melis (30-39 ans)-(photo RL). Une 2e place féminine : à noter également la 2e place "scratch" en féminines de Julie Martignon et la belle course de Stephan Antonoff qui termine premier coureur du club au scratch global, même si trois concurrents 40-49 ans le devancent pour le podium Ufolep. (extrait rl)

caroline-bostelle-conseillere-municipale-et-youcef-bettahar.jpgCaroline Bostelle, conseillère municipale, et Youcef Bettahar, responsable du service des sports, ont pu constater de visu l’intérêt que portaient les jeunes aux diverses activités sportives proposées (Photo RL). Une soixantaine de jeunes fameckois se sont retrouvés tous les jours à la Cité des sports de la commune pendant leurs dernières vacances scolaires. Un programme avait spécialement été concocté à leur intention par le service des sports de Fameck, en partenariat avec les associations sportives de la ville. Sous la responsabilité du coordonnateur Michel Terrak, animateur sportif de la ville, les jeunes se sont vu proposer un panel d’activités telles que futsal, gymnastique, handball, karaté, volley-ball, judo, tir à l’arc, tennis de table, boxe, musculation et athlétisme. Les éducateurs et animateurs des associations sportives ont été attentifs au progrès de tous les jeunes participants. Certains sont d’ailleurs d’ores et déjà intéressés pour rejoindre un club.Ces deux semaines intenses en émotions se sont terminées par un goûter offert, le dernier jour, par la municipalité fameckoise.

de-nouvelles-perspectives-professionnelles-s-ouvrent-pour-c.jpgAlternant pratique et théorie, ce sont plus de 550 heures de formation qu’elles ont chacune effectuées. Manon et Malika ont obtenu leur CAP Petite Enfance. Sabrina, avec son diplôme d’Assistante de Vie aux Familles, s’oriente vers l’aide à la personne. Quant à Dalila, elle a fait partie de la promotion de l’an passé et a obtenu son diplôme d’aide-soignante. Elle travaille aujourd’hui dans le milieu hospitalier et va intégrer une préparation au concours d’infirmière.

« Ces jeunes femmes ont travaillé très dur et se sont beaucoup investies dans leur parcours professionnel », a souligné Jeanine Neveux, présidente de l’Association d’Intervention Sociale de la Fensch (AISF), lors d’une réception en leur honneur à Fameck. Et de rappeler que l’AISF et son directeur Jean-Luc Lena « prônent la formation depuis plus de quinze ans ». Ce dernier a confirmé que « la formation est toujours un fer de lance de l’A.I.S.F. C’est grâce aux financements de la Région Lorraine, dans le cadre du fonds d’insertion des Lorrains, que ces formations ont pu être mises en place ». Il s’est dit surpris des exigences demandées pour l’obtention de ces diplômes.

Le député-maire de la ville, Michel Liebgott, est venu féliciter les quatre diplômées et leur a souhaité bonne chance dans leurs nouvelles fonctions. « La commune de Fameck est partie prenante des actions de l’AISF. Celles-ci visent à donner une dimension plus large tant au niveau intercommunal avec les chantiers d’insertion, que social, avec ces formations », a salué l’élu.

L’insertion comme tremplin

Créée en 1980, l’Association d’Intervention Sociale de la Fensch a mis en place, dans un premier temps, un club de prévention. En 1995, elle a élargi ses domaines d’intervention et mis en place un chantier intercommunal d’insertion ainsi qu’un service de formation. Dans le cadre du service de prévention spécialisée, les éducateurs prennent en charge des jeunes filles et garçons de 9 à 18 ans pouvant aller jusqu’à 21 ans, signalés par les établissements scolaires, les services de la justice, les différents travailleurs sociaux de la ville et les éducateurs de rue.

L’insertion de l’A.I.S.F, c’est deux chantiers permanents qui tentent de redonner une place aux plus exclus en faisant « renaître l’indispensable dignité » qui est un apport incontournable à la construction d’un projet de vie. Le public concerné est originaire des villes de la communauté d’agglomération du Val de Fensch et de la ville de Thionville. Les chantiers d’insertion sont une mesure transitoire afin d’intégrer ces participants dans les dispositifs existants. Les formatrices interviennent pour effectuer un programme de formation interne et externe en liaison avec la Mission Locale et les organismes de formation. Les partenaires financiers de l’AISF sont l’État, la Région Lorraine, le Département de la Moselle, la Communauté d’agglomération du Val de Fensch et les villes de Thionville, Fameck, Florange, Hayange, Serémange, Neufchef. (RL 06/08/2012)

ldevisefronton-Boulange.jpgL’inauguration de la fresque citoyenne créée par des adolescents boulangeois s’est déroulée vendredi après-midi. Malgré le temps pluvieux, de nombreuses personnalités de la commune et des environs étaient venues assister à la cérémonie. Une fois la fresque dévoilée par le sous-préfet François Marzorati, le maire, les ados et le public se sont rendus à l’Espace Riom où attendaient les enfants du centre aéré. Eux aussi ont pris part aux festivités, à leur façon. C’est ainsi qu’ils ont ravi l’assistance en chantant un refrain de Maxime Le Forestier. « Les gens naissent égaux en droit… On ne choisit pas ses parents… Je suis né quelque part… », une prestation qui a été chaleureusement applaudie.Jacky Aliventi, maire et conseiller général, a remercié les présents et félicité les ados créateurs de la fresque. Félicitations aussi à l’adresse de leur mentor qui, en plus des notions techniques, leur a transmis une partie de son érudition.Après avoir rappelé l’origine de la fixation de la fête nationale au 14 juillet et son importance pour le peuple français, il a indiqué que le sous-préfet était à l’origine de la décision de sceller la devise nationale au fronton de la mairie. « Ce 13 juillet sera inscrit pour toujours dans les annales de la commune et dans la mémoire des 18 collégiens qui ont réalisé cette mosaïque. Bravo pour l’enthousiasme avec lequel ils ont fait vivre ce projet, leurs noms sont gravés pour toujours sur la fresque». Liberté, Egalité, Fraternité… decouverte-mosaique.jpg La devise républicaine française, sur laquelle un groupe d’adolescents du village a travaillé, orne désormais le fronton de la mairie. C’est en grande pompe, en présence notamment du sous-préfet François Marzorati, instigateur de cette initiative dans bon nombre de communes nord-mosellanes, que s’est tenue la cérémonie. Ils ont dit : "• Pour Mustapha Mebarki, le calligraphe, leur guide, c’était un défi à relever. « De nombreuses idées ont été avancées par les participants au cours des six mois de travail mais le principe de démocratie a primé pour ce clin d’œil autour des trois mots de la devise nationale. » Il a été remercié par Sefora, une des jeunes filles du groupe d’adolescents, « car il a été un très bon professeur. Nous avons beaucoup appris ». • Brigitte Vaïsse a rappelé l’attention que le conseil régional porte à tout le territoire. « Une fresque qui rappelle la devise de la République est une feuille de route pour les élus. » Elle voit « avec plaisir l’avenir à travers cette réalisation ainsi que les paroles de tolérance, d’ouverture et de fraternité interprétées par les enfants ». •Michel Liebgott a rendu hommage au sous-préfet pour son « idée géniale de faire figurer la devise de la république sur le mur des mairies. Cela permet d’avoir un regard neuf sur nos communes pour les faire avancer ». Le sous-préfet, François Marzorati, a félicité l’équipe éducative car « c’est ce qui donne le véritable sens à cette manifestation amicale. Il est important pour un représentant de l’Etat de pouvoir s’appuyer sur les associations. mosaique.froton.jpg La fresque est particulièrement réussie, c’est une première et une œuvre d’art qui sera remarquée à l’avenir. Malgré les vacances, les jeunes sont présents pour porter cette devise qui prend toute sa signification au XXI e siècle ». Il demande de réfléchir quelques instants à quoi elle correspond et de se rappeler que la cérémonie a débuté au monument aux "Morts pour la France" qui ont payé de leur vie la liberté du pays, mais aussi la liberté de l’Europe. La liberté demande un combat, une attention de tous. (article RL du 15.07.12).

Messages

 

Permanence Parlementaire
Michel LIEBGOTT
    2 rue Diderot

BP 70035
57293 FAMECK CEDEX


Tel: 03 82 84 06 06
Fax: 03 82 84 66 88
Email:
michel.liebgott@wanadoo.fr

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

Recommander

Présentation

Archives

Concours

Profil

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés